Une vidéo réalisée à partir d’une petite caméra numérique, enregistrée sur carte SD. Pour chaque résidence de 1, 2 ou 3 jours consécutifs, est utilisée uniquement une carte SD de 2 GB, soit environ 15 minutes de film par saison.

La vidéo comme un état d’être, celui de la mémoire.
Elle figure et transpose le temps, se rythme à l’allure de nos actions, conserve l’instant.
Le temps d’un rêve, le temps d’un souffle.
Comme un animal, Chrome ère, observe et vise. Le temps coule toujours. La caméra est exécutée quand le moment s’emballe, quand le moment s’installe.
Le temps, nous avons juste le temps.

L’enregistrement vidéo, comme une peinture en mouvement.
La captation, comme une composition du présent.
L’histoire, comme un éternel renouvellement.

Chrome utilise la technique du tourné-monté :
Le tourné pour des moments de gourmandise, de séduction, d’éternité.
Le monté afin de continuer d’accepter le passé, le passage, la mémoire vivante ; le temps doit être synthétisé.
Le tourné-monté devient alors une narration subjective à la mémoire de l’instant, la saisie instinctive. Voir, garder et supprimer. Les vidéos successives deviennent un film, celui de Chrome. Il est l’objet d’une expérience intime et précoce.

Chrome filme Chrome.

Puis, une narration objective : Chrome-vidéo, hors-saisons, devient l’objet documentaire d’une performance naturelle.

« L’accumulation, séquence après séquence des états d’âmes, de situation, et puis de temps à autre, quand la carte mémoire numérique est pleine, voilà que je me détache de Chrome, je suis le film. Nulle part ailleurs, me voici face à mes propres choix, ça a été convenu ainsi. Silence! Je monte!
Chrome m’a permis de faire mes propres choix et de les accepter en tant que tels.
Mais la question se pose, sans caméra, quel Chrome suis-je? »
-Eugénie-

Retrouvez les vidéos sur les pages de chaque saison.